Pavillon de la Fédération des inventeurs du Québec - 411 chemin Warden, Shefford, Qc. J2M1J6

Soumis par Pedro Victimo le jeu 18/01/2018 - 21:45

Comment peut-on expliquer qu'en moins d'une année d'opération, un OBNL (organisme à but non lucratif) donne le coup d'envoi pour la construction d'une superbe résidence de 1.1 million de dollars. Pas mal du tout pour un OBNL qui ne déclare aucun salarié au Registre des entreprises du Québec!! 

Texte tiré du site de la FIQ: Financé par la FDIQ, le Pavillon des Inventeurs se veut un lieu calme et champêtre, situé en pleine nature, à seulement une heure de Montréal, dans un paysage pittoresque avec vue sur le mont Shefford et proche d'un courant d'eau, où les inventeurs pourront se rencontrer, discuter, échanger, se documenter, se former et profiter des nombreux aménagements et services offerts. 

Peut-on croire un seul instant que ce pavillon vise à y réunir les membres de la FDIQ sachant que depuis le lancement de la FDIQ, en octobre 2014, il n'y a eu aucune rencontre, ni aucune interaction entre-eux? De plus, comment expliquer qu'après avoir investit 1.1 million dans la construction de ce Pavillon, que le bureau de la FDIQ soit encore situé au 10138 Lajeunesse à Montréal où elle loue la salle de conférence de l'Agence d'immeuble Plexigone ?  

Mais plus encore. Le terrain sur lequel la FDIQ a construit son « Pavillon des inventeurs » appartient à Sylvain Riendeau, le conjoint de Christian Varin. Un bail emphytéotique de 20 ans a été signé par Varin au nom de la FDIQ qui stipule qu’en 2036, Riendeau récupérera son terrain avec tout ce qui est dessus. En d’autres mots, l'argent des victimes permettra au couple Varin-Riendeau de profiter d’une retraite paisible dans une résidence de luxe située dans un endroit enchanteur.

Acte d'achat du terrain par Sylvain Riendeau

Bail emphytéotique du terrain de Shefford

L e pavillon d'un million

Voyez la description qu'en fait l'architecte Guillaume Lévesque.

Ce projet de résidence privée dans le Canton de Shefford s’implante sur un plateau et bénéficie de nombreuses vues intéressantes sur la forêt de feuillus, le paysage agricole et sur le Mont Shefford. Les trois volumes s’articulent selon l’orientation solaire, la topographie et le couvert forestier. La maison vise la certification LEED argent. Une très grande attention est portée à l’isolation et la performance énergétique de l’ensemble de la construction. Les matériaux locaux sont grandement utilisés et les structures des planchers et toits seront entièrement faites de bois lamellé-croisé (CLT). L’implantation de la maison visera à réduire au maximum l’impact au sol et minimisera la coupe des arbres existants.

Un grand volume allongé se dépose sur le RDC en forme de U qui accueille une cour centrale extérieure. Le porte-à-faux du volume principal et les grandes baies vitrées projettent les occupants en plein coeur de la forêt et rend la limite entre l’intérieur et l’extérieur imperceptible. Le bâtiment de trois niveaux offre des espaces vastes et lumineux grâce à ses façades largement vitrées au sud. La ventilation transversale naturelle est favorisée par le positionnement optimal de la fenestration. À l’intérieur, le grand hall comprend un mur végétal qui longe l’escalier principal. La vaste cuisine surplombant la salle à manger se place dans le volume le plus à l’est et sera baignée de lumière naturelle en matinée et sur l’heure du midi. Le salon se retrouve dans le volume central tandis qu’une salle familiale prend place au bout du long volume en porte-à-faux donnant vers l’ouest. Enfin, le deuxième étage regroupe toutes les pièces privées. On y retrouve trois chambres, deux salles de bain, une salle de lecture et un boudoir donnant sur un espace double hauteur. Ces pièces sont toutes adjacentes à deux vastes terrasses au toit orientées vers le sud.

Les façades sont revêtues entièrement de déclin de bois teint de couleur blanche avec quelques insertions de bois naturel afin de bien marquer les ouvertures. Les toitures sont recouvertes de membrane blanche hautement réfléchissante, afin d’éviter la surchauffe de l’entretoit. Les deux terrasses en toiture sont jointes par une passerelle de caillebotis galvanisé laissant passer la lumière. Un escalier colimaçon reliant les terrasses extérieures au sol et les terrasses au toit, offrira aux occupants, un riche parcours architectural ponctué de lumière naturelle perçant le couvert forestier environnant.

Projet:Maison unifamiliale

Lieu:Shefford, Qc

Superficie:4 331 pi2 approx.

Budget:1 100 000$

Années:2016-2017

Collaborateurs:Marco Joubert, m.arch. – Pascale B. Lamothe, m.arch

Guillaume Lévesque

  •  

Commentaires