Brevet d'invention au Québec - Le président de la FIQ accusé de fraude

Soumis par Pedro Victimo le dim 30/06/2019 - 16:35

Suite à la remise du rapport d'enquête du SPVM et de la SQ sur les plaintes de plusieurs inventeurs de partout au Québec, le DPCP a officiellement déposé des accusations de fraudes contre Christian Varin, seul administrateur connu de la Fédération des inventeurs du Québec.   

Image retirée.

Pour en savoir plus: La Presse, 25 mai 2019

Article 380 (1) du CC - Fraude par faux semblants : Quiconque, par supercherie, mensonge ou autre moyen dolosif, constituant ou non un faux semblant au sens de la présente loi, frustre le public ou toute personne, déterminée ou non, de quelque bien, service, argent ou valeur.

Qu’ont en commun les victimes de la Fédération des inventeurs du Québec (FIQ).

  • Notre idée d’invention nous est arrivée de façon inattendue;
  • Nous ignorions le processus pour la protéger, la développer et la commercialiser;
  • Nous étions convaincues que notre idée pouvait rapporter gros.

Trois caractéristiques propres aux inventeurs néophytes qui ont fait de nous des proies faciles pour un arnaqueur récidiviste de la trempe d’un Christian Varin.

Le piège

Pour nous attirer dans ses filets, Christian Varin a créé un site internet bourré de mensonges et de fausses promesses et dont la plupart des textes ont été copié sur d’autres sites canadien et européens:  

  • Partenaires et membres d’importantes organisations internationales;
  • Un organisme qui administre des programmes d’aides pour les inventeurs;
  • Un fond d’aide financière pour le dépôt d’un premier brevet officiel;
  • Élaboration d’un plan stratégique et personnaliser pour atteindre votre objectif;
  • Une équipe d’experts en gestion de brevets et propriété intellectuelle à votre disposition;
  • Accès au meilleur réseau d’avocats spécialisés en propriété intellectuelle au Québec;
  • Une équipe de professionnels qui vous accompagne tout au long du processus;
  • Un site intranet sécurisé pour suivre l’évolution de votre dossier en temps réel;
  • Remise d’un certificat de reconnaissance qui a déjà permis à plusieurs inventeurs de trouver rapidement des partenaires d’affaires et du financement;
  • Un service d’imprimante 3D sans frais avec séances de formation;
  • Des conférences vidéo d’informations d’une heure gratuites avec période de questions;
  • Une inscription automatique de votre invention au plus prestigieux concours annuel d’inventions au Québec avec remise de trophée et certificats honorifiques.

Prendre note que l’ensemble de ces affirmations étaient visibles sur le site de la FIQ entre les mois d’octobre 2014 et mai 2017. Certaines s’y retrouvent toujours alors que d’autres ont été éliminées ou modifiées suite au dépôt de la demande d’intenter un recours collectif en date du 23 mai 2017 ou au gré des nombreuses poursuites au civiles déposées depuis: Archives du site de la FIQ

Convaincu d'avoir trouvé un l'endroit idéal pour vous accompagner dans votre quête du succès, vous ne cherchez pas plus loin et vous communiquez immédiatement avec la FIQ.

Le modus operandi:

Christian Varin vient immédiatement vous rencontrer à votre domicile ou dans un restaurant quelconque. Il dit que votre idée d’invention est absolument extraordinaire et qu’elle va vous rapporter beaucoup d’argent, exactement ce que vous voulez entendre. Il vous demande ensuite près de 2,000$ pour une recherche de brevets antérieurs internationale et vous garantit qu’il va vous rembourser en totalité s’il trouve un brevet pour une invention semblable. Quelques jours plus tard, il vous informe qu’il n’a rien trouvé de semblable et vous demande plus de 2,500$ pour la rédaction et le dépôt d’un brevet provisoire. Et voilà votre invention protégée, du moins c’est ce que vous croyez!

Alors qu’il était très facile à rejoindre avant le paiement du brevet provisoire, voilà qu’il le devient beaucoup moins par la suite. Inquiet de cette situation, vous commencez à vous informer pour découvrir avec stupéfaction que toutes les affirmations ou promesses énumérées sur son site étaient fausses, que votre rapport de recherche est possiblement biaisé et que de ce fait, votre brevet provisoire n’a peut-être aucune valeur.  

Contrairement à ce que vous pensiez, vous réalisez que la FIQ est une coquille vide qui est l’affaire d’un seul individu, un arnaqueur récidiviste qui n’a de compte à rendre à personne, aucun conseil d’administration, aucun employé déclaré au Registre des entreprises du Québec, aucun professionnel au service de ses membres, que son fond d’aide financière et son prestigieux concours annuel ne sont que fumisteries et qu’elle n’est membre d’aucune organisations internationales.

La fraude

Si vous aviez su tout ça au départ, vous n'auriez assurément pas confié votre invention à la FIQ, d'où la fraude par faux semblants.